Hiver 2021: alimentation & couverture

Voilà 3 hivers que j’ai le petit touffu et comme on dit souvent, la troisième c’est la bonne 🤟🏻

Hiver 2019, il était chez ma mère, foin à volonté + complément en bouffe poulain, dans un pré niché dans les bois, bien abrité et quasiment sans boue: nickel.

Puis changement de logis pour Hermès, j’ai déménagé, donc je suis partie avec mon poney sous le bras.

Hiver 2020, un pré « terrible », plein vent, de la boue +++ au niveau du foin (car en pente à ce niveau là), l’autoroute au dessus du pré qui balance des cochonneries partout, un pré loin de tout, zéro motivation de faire quoi que ce soit. Je complémentais Hermès le soir avec de l’aliment poulain et en plus du foin à volonté, le gérant donnait de l’orge aplatie le matin et je lui donnais 1 mash par semaine.

Il était gros de l’été et il n’a pas fait trop froid durant l’hiver donc objectivement, il n’était pas en mauvais état et n’a quasiment pas maigri, mais il n’avait pas un beau poil, ses pieds c’était la cata (beaucoup de stries verticales et les pieds sensibles voir l’article sur la pourriture des fourchettes), son œil aussi… Bref, peut mieux faire 🤐

Hiver 2021

Changement de pré d’hiver, celui ci est à côté de l’écurie, proche de la forêt. Hermès était franchement pas épais à la fin de l’été (merci les voisins de pré qui vermifugent leurs chevaux sur-parasités sans rien dire 😦 je pensais qu’il grandissait, mais au retour des vacances en août j’ai vraiment qu’il était « anormalement » mince) j’ai commencé à le complémenter en Septembre, un coup de vermifuge et c’est parti.

Je me suis creusée un peu plus la tête pour l’alimentation, voyant qu’il fallait impérativement qu’il reprenne vite de l’état avant l’hiver et que je voulais aussi pouvoir le bosser régulièrement.

J’ai cherché un moyen de calculer une ration correctement (le simulateur IFCE est un outil plutôt utile une fois qu’on a pigé comment l’utiliser) et de comparer les besoins supposés d’Hermès avec les tables d’apports nutritionnelles de l’INRA.

Le DEOS poulain de chez Equideos (ce que je donne depuis que j’ai Hermès) remplissait plutôt bien son rôle, mais pour compléter j’ai ajouté à la ration du foin de luzerne, de l’huile et des CMV.

Le tout était de réussir à trouver le bon équilibre entre MADC, UFC, oligo éléments et minéraux.

Il me restait un sac de 25kg de DEOS poulain et un sac d’aliments fibreux de l’hiver précédent.

Le problème d’Equideos (super marque d’aliment avec un rapport qualité prix défiant toute concurrence, recommandée par une nutritionniste de l’INRA et des conseils au top par téléphone par le personnel d’Equideos ou via leur site !) c’est qu’il faut commander de grosses quantités et que je n’ai pas de quoi stocker… J’ai essayé de faire des commandes groupées avec ma mère ou des copines, mais personne n’avait besoin à l’automne de refaire son stock. J’ai donc pris la composition de ce que je donnais à Hermès chez Equideos pour trouver un équivalent dans une autre marque, me permettant d’acheter un sac à la fois en attendant une commande groupée chez Equideos.

Le prix ne faisait pas autant rêver que chez Equideos, mais c’est Dynavena qui proposait les produits les plus proches niveau composition.

J’ai aussi envisagé l’option de faire à 100 % le complément pour répondre à la question du coût, mais acheter plusieurs types de grains/composants impliquait d’avoir de quoi stocker pas conséquent, ce n’était pas une solution valable…

Pour la petite anecdote (mais si tu as lu jusqu’ici tu avais dû piger), Hermès n’est pas au « sans céréale », l’amidon est une précieuse source d’énergie dont je n’ai pas envie de le priver. Tant que la quantité reste faible et que le reste de la ration est équilibrée, il n’y a pas de souci. L’avantage pour Hermès c’est que lorsqu’il mange sa ration il a toujours le ventre plein de foin ou d’herbe, il s’en porte donc plutôt bien ! 😁

Octobre 2020 arrivée au pré d’hiver

Les petits trucs en plus

Sachant que l’hiver dernier il avait beaucoup de stries verticales sur les parois, je me suis dit qu’il devait peut être manquer de cuivre et de zinc. Un petit CMV ne serait pas de trop cette année. D’autant que sur le principe, un cheval en état même en hiver (uniquement au foin) est tout de même carencé simplement parce que les qualités nutritives du fourrage diminuent au fil des mois et que quoi qu’il en soit, le peu de diversité des pâtures fait qu’ils sont en manque de certains minéraux.

Je ne voulais pas ajouter un peu de ceci et un peu de cela au risque de sur-doser certains minéraux, alors je me suis orientée vers « un truc tout  fait » qui irait bien avec la ration déjà mise en place.

Mon choix s’est porté sur l’Oligovit de Reverdy (oui j’ai mis un lien cheval Energy mais j’aime bien cette boutique en ligne, en plus si je dis pas de bêtise les frais de port sont offerts le Jeudi), facile à donner et à doser, tout en un, rapport qualité prix correct et en plus Hermès aime ça ! (chose très rare avec Monsieur le difficile ! ).

Le seau de 3kg tient largement plus d’un mois, donc même si je me fais surprendre par la fin du pot, la fenêtre d’assimilation est largement respectée et j’ai le temps d’en recommander même s’il n’en a pas pendant quelques jours (et oui parce que donner un truc une fois de temps en temps, ça sert à que dalle, le petit poilu n’a rien le temps d’assimiler si ce n’est pas une cure d’environ un mois/45 jours).

Pour les oligo éléments, j’ajoute aussi l’huile Isio 4 Olive à la ration, à l’œil

Il avait en tout 2L de ration le soir + foin distribué au long de la journée, herbe car on a du bol et 2L d’orge aplatie le matin.

L’automne a été clément niveau temps et températures, si bien qu’en un mois, j’avais de nouveau un petit gars en état 😄

De haut en bas : Octobre 2020/Novembre 2020/Janvier 2021

Et une petite imper pour la route !

Début décembre, il commençait à faire froid, les prés sont dans la plaine et le vent peut être sacrément agressif même si les chevaux peuvent s’abriter et manger correctement.

La pluie a rejoint la partie, Hermès tremblait beaucoup le soir que je venais le nourrir, il était vraiment tendu et se jetait sur la ration (alors que c’est lui qui commande dans le pré donc pas vraiment de risque qu’il se fasse chasser par les autres, c’est plutôt l’inverse!).

Comme d’habitude, je reste assez factuelle « il fait froid-vent-pluie depuis seulement 2 jours, il va s’habituer c’est le temps qu’il s’y fasse ».

Oui mais voilà, en une semaine, il a recommencé à perdre de l’état et je voyais qu’il n’était vraiment pas en confort et continuait de trembler comme une feuille.

Je n’ai jamais eu à couvrir mes chevaux « en bonne santé » jusqu’ici, les prés où nos autres chevaux sont/étaient ont toujours été très à l’abri du vent et à part les vieux tous édentés ou malades, nous n’avons jamais eu à couvrir aucun de nos poilus.

Je ne suis pas pour la surprotection, mais s’ils en pâtissent, une petite laine ça ne fait pas de mal (dans notre cas, plutôt un ciré).

Sachant qu’Hermès n’était pas hyper beau à la fin de l’été, je commençais à me préparer « mentalement » à le couvrir (changer ses habitudes, ça n’a rien de simple!), en en discutant avec ma mère, elle m’a parlé d’une étude scientifique qui visait à savoir si les chevaux ressentaient le besoin d’être couverts ou non.

J’ai fouillé sur internet et j’ai fini par tomber sur la dite étude sur la revue de International Society for Equitation Science : Applied Animal Behaviour Science.

Début décembre 2020, tout content de son petit ciré

L’étude mettait en évidence le fait que des chevaux après avoir appris à choisir si on les sortait avec ou sans couverture (merci le R+), choisissaient quasi-systématiquement d’en avoir une (au moins imperméable) lorsqu’il y avait des températures basses et/ou des intempéries (du vent, de la pluie, des astéroïdes… euh non pardon).

Humhum. J’ai encore cogité jusqu’au week-end et puis je l’ai couvert. Une petite imper zéro gramme, bien couvrante que j’avais acheté « au cas où » au salon du cheval l’année passée.

L’idée de lui laisser en permanence un truc sur le dos ça me plaisait moyen, et puis si ça frotte trop et que ça le blesse ? Si j’ai mal réglé les sangles et qu’il se prend les pieds dedans et si…..

Bon du calme, après 3 jours de petit touffu au sec, j’ai pu enfin me dire que c’était VRAIMENT la bonne solution (bornée ? Moi ? Pas du tout 😏)

Il a aussitôt cessé de perdre de l’état et durant les séances (à pied ou lors du parage) je le trouvais beaucoup plus souple et décontracté.

Un autre truc m’a beaucoup amusé les premières semaines, je lui enlève la couverture aussi souvent que possible pour le panser correctement et généralement, je pose la couverture à côté d’Hermès le temps de le brosser.

Il y a eu quelques jours bien froids et chaque fois que je lui enlevais la couverture pour le brosser (donc lui remettre 10 minutes plus tard), Hermès touchait vivement du nez son imper (c’est son bouton start pour être sellé !) son attitude m’a encore une fois convaincue qu’il était beaucoup mieux avec !

Avantage/inconvénient du petit ciré

Bon il faut pas se mentir, je trouve beaucoup plus d’avantages que d’inconvénient à ce qu’Hermès soit couvert.

  • Je suis rassurée quand il fait un temps de chien et qu’il vente, car je sais qu’il n’est pas en train de galérer à se réchauffer dans son pré glacial (merci la plaine, c’est sympa).
  • Il mange beaucoup moins ! Et oui Jamie ! Moins de dépense énergétique pour se réchauffer donc moins besoin de manger ! En deux mois, il est passé de 2L le matin et le soir à une poignée le matin et le soir (+ les CMV et l’huile). Et il a quand même grossi !
  • Il a la pêche ! Lors de nos séances c’est une vraie fusée, il a beaucoup de moments de joie et d’explosion et rien que pour ça je suis contente de l’avoir couvert.
  • J’ai un cheval tout propre (bon ça c’est une option mais mine de rien, retrouver un cheval blanc en hiver ça relève du miracle ahah)

Pour les inconvénients je dirais que le fait qu’il ne puisse pas être couvert de boue à son aise ce n’est pas fun.

Et s’il pleut lorsque je veux partir en balade, je ne peux pas partir : la couverture n’est franchement pas adaptée pour marcher des heures bien qu’elle soit top pour la vie au pré, on ne parle pas de faire des kilomètres avec. Et s’il je le couvre trempé au retour, bah ça le fait pas…Il faudrait une couverture de marcheur, mais bien sûr j’ai toujours pas cherché donc je ne risque pas de trouver ^^

Paradoxalement, j’aimerai qu’il perde un peu avant le printemps car il a tendance à devenir un petit boudin rapido et s’il est « bien » il aura moins de marge pour s’empiffrer 😬

Pour garder une trace de son état, j’essaie de faire régulièrement une note d’état corporel, via le simulateur de l’IFCE. Par exemple, entre Septembre et Novembre, il est passé de 2 à 3/5. Sachant que la note « optimale » selon l’IFCE doit être comprise entre 2.5 et 3.5 (en dessous il manque d’état, au dessus il est trop gros!).

Il y a certainement encore des choses à améliorer, mais on a pas mal progressé depuis l’hiver dernier 😄

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s