Bilan 2020

Ce que l’on peut dire, c’est que ça n’a pas été une année comme les autres 😏 Néanmoins, ça n’a pas été une mauvaise année pour moi. Si 2019 rimait avec découvertes, 2020 rime plutôt avec apprentissage et choix : ce que je veux faire ou non, développer ou pas, les gens dont je souhaite m’entourer ou ceux que je préfère oublier 🥁
Une année riche en apprentissage personnel, ce qui influence évidemment les moments passées avec Hermès.

Vie perso, une grande part du quotidien

Si je prends ma vie telle qu’elle est aujourd’hui et que je la compare à celle de l’année dernière, tout est différent.

J’ai enfin décroché mon job de rêve, pas un jour je n’ai l’impression d’aller travailler. Je vis avec quelqu’un qui me correspond, qui me respecte et avec qui je partage énormément de choses. Je suis tout simplement épanouie dans la vie que j’ai, chose qui n’avait pas été le cas depuis très (trop) longtemps.

Mon esprit est tranquille, je me sens bien, assez pour pouvoir me consacrer pleinement à Hermès et apprendre chaque jour d’avantage.

D’ailleurs, je me sens plus proche d’Hermès de jour en jour, comme si maintenant il y avait de la place dans ma tête pour que je lui consacre tout ce temps et cette envie d’être avec lui aussi souvent que possible🌱

Ce nouveau contexte perso m’a aussi permis de me dire que je devais abandonner les objectifs. Tout ce qui m’est arrivé de bon, m’est toujours tombé dessus « par hasard ». C’est cet été que j’ai définitivement rangé les objectifs au placard avec Hermès et que je me laisse guider par les petites choses du quotidien. Et je trouve que cela nous réussi plutôt bien, quand on voit tout ce que nous avons fait cette année.

Le fait que je « plaque » la vie que j’avais avant, m’a aussi fait prendre conscience que je refusais désormais catégoriquement d’échanger avec des personnes dénuées de bienveillance ou de tolérance (mais qui paradoxalement dans certains cas, prônent ces 2 valeurs comme étant leur fil conducteur hmm-hmm 🤔).

J’ai aussi fait une overdose des « comptes réflexion » systématiquement basées sur des sources inconnues, racontant parfois des trucs totalement aberrants/faux, proposant des contenus vus et revus uniquement pour faire le buzz régulièrement. Les « pseudo sachant » qui se permettent pas mal de jugement, mais qui ne s’exposent pas franchement non plus. En bref, l’hypocrisie des réseaux m’a fait vrillée suite au premier confinement.

Je pense que c’est d’autant plus vrai sur Instagram, être bien vu.e c’est important, pour ma part, seuls les actes comptent, le reste … Bon bah poubelle quoi (et je me fiche royalement de l’image que je renvoie 😅). Je crois que les circonstances sanitaires, ont encore plus forcé le trait là dessus.

Une fois qu’on a fait de la place, c’est beaucoup plus simple de vivre sa petite vie tranquille et de s’amuser à 100 % avec son petit cheval mignon 👌🏻

Cela m’a aussi aider à me dire que faute de trouver un maréchal/pareur qui me plaisait, je pouvais investir du temps et un peu de tune dans une formation et du matos pour m’occuper moi même des pieds d’Hermès. Et finalement, ça marche très bien ! 😁

Idem pour le reste niveau « santé » j’ai beaucoup mieux géré que l’année précédente, mieux réagit quand un truc nous tombait dessus, je suis beaucoup plus alerte et surtout je sais maintenant ce qui est normal ou pas pour Hermès 😉

Quand ton boulot te suit jusqu’au pré

Cette année, je suis rentrée dans une grande maison de luxe où je suis artisan Maroquinière. Quel est le rapport avec Hermès ? (private joke, si t’as compris, mets un pouce bleu)

Ce boulot m’apprend énormément sur moi. Je fais du développement personnel tous les jours au travail (c’est pas un job facile ! Loin de là!), parce que je veux réussir, je veux rendre des sacs « parfaits », les trouver superbes, être fière du travail que je réalise.

Tiens, tiens. Comme avec mon ptit touffu 😬 et comme avec le petit touffu, je trouve que ça ne va pas assez vite, que je n’ai pas fait assez bien, que je voudrais me dépêcher, mais que ça prend du temps, qu’il faut être patiente et que toutes les contraintes ne dépendent pas de moi, que j’ai le droit de faire des erreurs, même si ça ne me plaît pas. Que ce n’est pas dramatique. Que si je réussis quelque chose une journée, peut-être que le lendemain, ça ne fonctionnera plus. Qu’il faut que je trouve plus de confort dans tel ou tel mouvement. Et que chaque petit détail parfait compte autant que le résultat final.

Ce boulot m’entraîne chaque jour à être une meilleure humaine avec mon cheval. Car les choses que je travaille m’aident dans les 2 disciplines. Et d’ailleurs, cela m’aide pour la vie de tous les jours également. Je suis toujours assez extrême, soit c’est oui, soit c’est non. Si je fais une erreur, ça ne peut pas être bien. Si je n’ai pas eu ce que je voulais, ce que je n’ai pas travaillé assez dur.

C’est épuisant d’être comme ça. Et ce boulot me fait comprendre et « m’autorise » à être une humaine lambda qui ne peut pas toujours tout faire toute seule, qu’on a parfois besoin de plus de temps.

J’ai toujours trouvé les individus très « lents » de manière générale (humains comme animaux) et jusqu’ici cela pouvait profondément m’agacer. Mais si on me demandait de toujours ralentir, je ne serais pas épanouie, alors maintenant je comprends que les autres ne puissent pas toujours être au même rythme que moi.

Hermès m’aide énormément a accepter cette énergie basse et à m’en servir. Je crois que c’est certainement le plus gros progrès que j’ai fait cette année.

Du poulain au jeune cheval

Quelle année incroyable nous avons passé avec Hermès.

Nous sommes allés bien au-delà de ce que je pensais, puisqu’en juin, je suis montée dessus pour la première fois (qui plus est en liberté dans le pré 😄) et tout de suite nous avons enchaîné les balades montées, je l’ai trouvé transformé, comme s’il n’attendait que ça d’être le capitaine de croisière 🙂

Hermès a fait des progrès significatifs dans « tout » : à pied, à la cible, pour les soins, en balade et surtout à cheval.

Je vois qu’il a grandit cette année, dans sa tête. Notre relation est différente, nous sommes comme deux acolytes qui expérimentent, qui découvrent de nouvelles choses et qui profitent simplement d’être ensemble.

Le premier confinement m’a énormément bouleversée, plus de forêt, plus de petit Touffu … Mon quotidien loin de la nature, ça a été très dur mentalement. Au bout de 3 semaines j’ai pu retourner le voir, pour soigner son œil tous les 4 jours, c’était mon bol d’air de la semaine !

Je pense que ce contexte particulier a accéléré les choses pour moi, m’a mis un coup de pied au 🍑 sur ce que je voulais faire ou pas avec Hermès, là où je voulais nous emmener. Je lui laisse plus de place dans notre travail et me laisse guider par ses envies plus facilement. Je l’aide à mettre en place des signaux qui me font comprendre plus de choses sur ce dont il a besoin, ses envies. Que notre duo soit vraiment capable d’échanger et que la communication soit claire pour tout le monde.

Voilà les seuls objectifs que je fixe : que tout soit clair pour chacun, qu’on trouve du plaisir à bosser tous les deux.

J’ai hâte de voir tout ce qu’il nous reste à découvrir !

2 commentaires

  1. C’est un bilan bien positif tout ça… et finalement ça fait de 2020 une très belle année !
    Je vous suis au quotidien sur Instagram et je prends beaucoup de plaisir à lire vos aventures et vos progrès, hâte de voir ce que 2021 vous réserve !
    Et cette photo de ta forêt, si différente des miennes, me fait rêver !

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s